Membres | Membres statutaires

Augustin Berque

Directeur d'études EHESS - Retraité
Laboratoire(s) de rattachement : UMR 8173 Chine Corée Japon

Coordonnées professionnelles

berque[at]ehess.fr

Page personnelle

Thèmes de recherche

Mésologie, Umweltlehre, fûdoron : racines épistémologiques et débats actuels
 

La question des milieux est entendue comme la spécificité du rapport que le vivant en général, ou l’humain en particulier, entretient avec son environnement. Le milieu, ce n’est pas l’environnement ; c’est la réalité de son environnement pour une certaine espèce ou une certaine culture, c’est-à-dire un certain environnement, spécifiquement approprié à/par cette espèce ou cette culture. Ce n’est pas le donné environnemental universel que, par abstraction, peut saisir la science ; c’est ce qui existe concrètement dans le monde propre à telle ou telle espèce, telle ou telle culture. Ainsi le milieu n’est ni donné, ni universel ; sa réalité singulière ne cesse de se construire, au fil contingent de l’évolution et de l’histoire, dans le rapport dynamique et réciproque d’une espèce ou d’une culture avec son environnement spécifique.

Cette distinction entre milieu et environnement était déjà révolutionnaire lorsque, sous l’influence de la phénoménologie, elle apparut en biologie dans l'Umweltlehre d’Uexküll (1864-1944) et en philosophie dans le fûdoron de Watsuji (1889-1960). Elle acquiert aujourd’hui une portée nouvelle avec le bouleversement que l’épigénétique a introduit dans la question de l’évolution. De la biologie moléculaire à la crise écologique du monde actuel, du quantique à l’histoire et à la géographie, de la médecine à l'œuvre d'art et à l'architecture, le déploiement de la perspective mésologique remet en cause les fondements ontologiques et logiques de la civilisation moderne.      

Suivre l’activité des séminaires d’Augustin Berque sur le blog Mésologiques.
 

Principales publications

1. Le Japon, gestion de l'espace et changement social, Paris, Flammarion, 1976, 340 p. [Territorial policies and social change in Japan].

2. La Rizièreet la banquise, colonisation et changement culturel à Hokkaidô, Paris, Publications orientalistes de France, 1980, 272 p.[Ricefield and icefield. Colonization and cultural change in Hokkaidô].

3. Vivre l'espace au Japon, Paris, Presses universitaires de France, 1982, 222 p. [A Phenomenology of space in Japan]. 日本語訳『空間の日本文化』、筑摩書房、1985.

4. Le Sauvage et l'artifice, les Japonais devant la nature, Paris, Gallimard, 1997 (1ère éd. 1986), 314 p. Translated as Nature, artifice and Japanese culture, Pilkington, 1997. 『風土の日本』、筑摩書房、1988.

5. (direction/ed.) Le Japon et son double, logiques d'un autoportrait, Paris, Masson, 1987, 165 p. [The Logics of Japan’s self-portrait].

6. (direction/ed.) La Qualitéde la ville : urbanité française, urbanité nippone, Tokyo, Maison franco-japonaise, 1987, 327 p. [The Quality of the city : French and Japanese urbanity].

7. Médiance, de milieux en paysages, Paris, Belin/Reclus, 2000 (1ère éd. 1990), 161 p. [Mediance : from milieu to landscape]. 日本語訳『風土としての地球』、筑摩書房、1993.

8. 『日本の風景、西洋の景観、そして造景の時代』Nihon no fûkei, Seiô no keikan, soshite zôkei no jidai (Le Paysage au Japon, en Europe, et à l'ère du paysagement), Tokyo, Kodansha, 1990, 190 p. [Landscape in Japan and in Europe].

9. Du Geste à la cité, formes urbaines et lien social au Japon, Paris, Gallimard, 1993, 247 p. 日本語訳『都市の日本』、筑摩書房、1995 . Translated as Japan : cities and social bonds, Pilkington, 1997.

10. 『都市のコスモロジー』Toshi no kosumorojî, Nichi-Bei-Ou toshi hikaku (Cosmologie de la ville, comparaison des villes du Japon, des Etats-Unis et d'Europe), Tokyo, Kodansha, 1993, 236 p. [Comparing urbanity in Japan, Europe and North America].

11. (direction/ed.) Cinq propositions pour une théorie du paysage, Seyssel, Champ Vallon, 1994, 125 p. [Five proposals for landscape].

12. (direction/ed.) La Maîtrisede la ville : urbanité française, urbanité nippone, II, Paris, Éditions de l'EHESS, 1994, 595 p. [Mastering the city : French and Japanese urbanity, II].

13. (direction/ed.) Dictionnaire de la civilisation japonaise, Paris, Hazan, 1994, 537 p. in quarto. [Dictionary of the Japanese civilization].

14. Les Raisons du paysage, de la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris, Hazan, 1995, 192 p. [The Reasons of landscape, from ancient China to synthetic environments].

15. 『日本の風土性』Nihon no fûdosei (La Médiance nippone), Tokyo, NHK Ningen Daigaku, 1995, 130 p. et 2 vidéo-cassettes (total 6 h) [Japanese mediance].

16. Être humains sur la Terre, principes d'éthique de l'écoumène, Paris, Gallimard, 1996, 212 p. 日本語訳『地球と存在の哲学』、筑摩書房、1995[Being human on the earth : principles of ecumenal ethics].

17. (direction/ed., avec/with Philippe Nys) Logique du lieu et œuvre humaine, Bruxelles, Ousia, 1997, 276 p. [Logic of place and human work].

18. (avec/with Maurice Sauzet et/and Jean-Paul Ferrier) De Japon en Méditerranée, architecture et présence au monde, Paris, Massin, 1999, 189 p. [From Japan to the Mediterranean : architecture and presence in the world].

19. (direction/ed.) La Mouvance: du jardin au territoire, cinquante mots pour le paysage, Paris, Éditions de la Villette, 1999, 100 p. [Fifty words for landscape].

20. (direction/ed.) Logique du lieu et dépassement de la modernité, tome I : Nishida, la mouvance philosophique, 390 p ; tome II : Du lieu nishidien vers d'autres mondes, 294 p., Bruxelles, Ousia, 2000. [Logic of place and the overcoming of modernity, I. Nishida and his influence, II. From the Nishidian place to other worlds].

21. Écoumène, introduction à l'étude des milieux humains, Paris, Belin, 2000, 271 p. [Ecumene : an introduction to the study of human milieux]. 日本語訳『風土学序説』、筑摩書房, 2002.

22. Les Déserts de Jean Verame, Milan/Paris, Skira/Seuil, 2000, 180 p. [Jean Verame’s deserts].

23.(対談集entretiens/talks)『都市、建築空間の場所生』Toshi, kenchiku kûkan to bashosei (Ville, architecture et sens du lieu), Sendai, Miyagi Daigaku, 2001, 331 p. [City, architecture, sense of place].

24. (avec/with Maurice SAUZET) Le Sens de l’espace au Japon. Vivre, penser, bâtir, Paris, Arguments, 2004, 227 p. [The Sense of space in Japan].

25. (direction/ed., avec/with Philippe BONNIN et/and Cynthia GHORRA-GOBIN) La Villeinsoutenable, Paris, Belin, 2006, 366 p. [Unsustainable city].

26. (direction/ed.) Mouvance II. Du jardin au territoire, soixante-dix mots pour le paysage, Paris, Éditions de la Villette, 2006, 120 p. [Seventy words for landscape].

27. (編著direction/ed.)『日本の住まいに於ける風土性と持続性』Nihon no sumai ni okeru fûdosei to jizokusei(Médiance et soutenabilité dans l’habitation japonaise), Kyôto, Nichibunken, 2007 [Mediance and sustainability in Japanese habitation].

28. La Penséepaysagère, Paris, Archibooks, 2008. 日本語訳『風景という知』、世界思想社、2010. Translated as Thinking through landscape, Routledge, 2013.

29. (direction/ed., avec/with Philippe BONNIN et/and Alessia DE BIASE) L’Habiter dans sa poétique première, Paris, Donner lieu, 2008, 404 p. [The primary poetics of inhabiting].

30. (direction/ed.) Une ville se refait-elle ? Paris, L’Harmattan, 2009, 142 p. (Géographie et cultures n° 65, printemps 2008) [ Can cities be remade ?].

31. (co-direction / co-editor) Être vers la vie / 生への存在. Ontologie, biologie, éthique de l’existence humaine. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Ebisu n°40-41, automne 2008-été 2009, 224 p. [Being toward life. Ontology, biology, ethics of human existence. Proceedings of the Cerisy-la-Salle symposium].

32. Histoire de l’habitat idéal. De l’Orient vers l’Occident, Paris, Le Félin, 2010, 399 p. [History of the ideal abode : from East to West].

33. Milieu et identité humaine. Notes pour un dépassement de la modernité, Paris, Donner lieu, 2010, 150 p. [Milieu and human identity, being notes for an overcoming of modernity].

34. (Traduction et glose de) WATSUJI Tetsurô, Fûdo. Le milieu humain, Paris, Éditions du CNRS, 2011, 330 p. [和辻哲郎著『風土』の仏訳(Translation and gloss of) Fûdo. The human milieu].

35. (co-direction / co-editor) Donner lieu au monde : la poétique de l’habiter Paris, Donner lieu, 2012, 402 p.

36. (direction/ed.) De chose en fait : la question du milieu. Articles issus du colloque de Shin-Hirayu [From thing to fact : the question of milieu. Proceedings of the Shin-Hirayu symposium], Ebisu, n° 49 (printemps-été 2013), p. 50-113 .

37. Poétique de la Terre. Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie [Poetics of the Earth. Natural history and human history, an essay in mesology], Paris, Belin, sous presse /forthcoming.

(à jour au  5/9/2013)

EHESS
CNRS
UMR 8173 Chine Corée Japon

flux rss  Actualités

Le marché japonais à l’épreuve de la spéculation

Conference - Jeudi 02 mars 2017 - 11:00Cléa PATIN, Maître de conférence à l’Université Jean Moulin -Lyon 3, donnera une conférence dans le séminaire collectif du Centre Japon le 2 mars 2017.Le rôle très actif des Japonais sur le marché de l’art international dans la seconde moitié des années 1980 a fait couler beaucoup d’encre, tant dans la presse nationale et étrangère, que les magazines spécialisés. Aux États-Unis et en Europe surtout, les Japonais ont été accusés de s’approprier de manière indue les « trésors » des pays occidentaux. Certes, le marché de l’art, dominé par les acheteurs nippons, a fourni un exemple très pur des phénomènes d’enchaînement des records, dans un objectif de rendement à court terme. De nouveaux opérateurs issus des milieux d’affaires et de la finance, rassurés par la publicité des prix en ventes publiques, stimulés par la liquidité potentielle des biens d’art et grisés par leur pouvoir d’achat, ont alors commencé à acquérir des œuvres en masse à New York, Londres ou Paris, avec le soutien de leurs mar­chands. Parallèlement, d’autres acheteurs – surtout de grands entrepre­neurs – ont aussi caressé des idéaux qui transcendaient leur sens des affaires. Heureux et fiers de pouvoir enfin posséder des chefs-d’œuvre internationalement reconnus, ils ont cherché à ouvrir leurs collections, à faire venir au Japon des tableaux dont beaucoup n’avaient vu que des reproductions, à diffuser l’art au sein de la société. La bulle a-t-elle donc mis en place des forces profondes, le Japon souhaitant agir dans le concert des nations sur la scène artistique mondialisée ? Les Japonais de l’époque ont-ils véritablement assumé une ambition de dominer le mar­ché international ? Quelles ont été les conséquences de l’éclatement de la bulle sur le quotidien des galeries et les mentalités ?Si à l’époque la presse occidentale était particulièrement critique et acerbe, il ressort aujourd’hui que c’est bel et bien le Japon, victime d’asymétries informationnelles très fortes avec les vendeurs occidentaux, qui est sorti grand perdant de cette période d’emballement. Aussi conjoncturelle soit-elle, la parenthèse de la bulle spéculative a imprimé dans l’inconscient collectif un profond traumatisme, qui n’a pas fini de han­ter les acteurs du marché de l’art. Nous verrons d’abord que les années 1987-1989, ont vu s’opérer un élargissement spectaculaire du marché. Grisés par leurs succès financiers, des spéculateurs ont dès lors perçu dans l’investissement artistique un moyen de diversifier leur acti­vité, de contourner les restrictions tardives imposées par les autorités sur les autres marchés, voire de mener quelques opérations peu licites à des fins de refinancement ou d’évasion fiscale. Malgré un léger décalage sur le marché de l’art, tous ont cependant été rattrapés par la récession au début des années 1990, qui a engendré faillites et scan­dales en chaîne, ainsi qu’un reflux massif des œuvres.(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRJ-EHESS 

190-198 avenue de France 75013 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 09

105 boulevard Raspail 75006 Paris 
Tél. : +33 (0)1 53 10 54 07